Rechercher

La recherche d'harmonie universelle nous tue à petit feu

Etre en recherche constante d’harmonie, pour nous et pour les autres, met à mal notre intégrité : inconsciemment on se pose comme étant le garant du bien-être du couple, de la famille, du pays, de la terre… Or posé comme ça, ce fonctionnement met nos besoins personnels en sourdine, voir nous anesthésie complètement. On est persuadé que tout va bien (ou tout va mal, car ça marche dans les 2 sens) alors qu’on fait dépendre notre bonheur du contexte familiale (ou collectif à plus grand échelle).


On finit toujours par s’en vouloir, croire qu’on est nul parce qu’on n’y arrive pas car nous ne sommes pas fait pour ça. L’harmonie se gère toute seule, nous avons simplement à nous écouter et à exprimer nos besoins, nos envies.

Le problème c’est que c’est simple et que notre éducation nous appris à tout compliquer, à tout gérer, à tout contrôler. On ne sait pas faire (ou plutôt laisser faire…)


Répondre en priorité à ses besoins personnels n’a rien de petit ou de futile, au contraire c’est notre vitalité qui en dépend. Prendre de la hauteur, relativiser ou encore mettre en perspective est une action cognitive qui en aucun cas empêche d’être à l’écoute de soi. Ces deux aspects de l’être humain se complètent bel et bien.


Arrêtons de mettre le collectif au-dessus de l’individualité, en termes de valeur. Le collectif est juste la somme des individus, en aucun cas il vaut plus.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout