Rechercher

L'art de ressentir

S'agiter pour ne pas ressentir ou accompagner les émotions par le mouvement physique ? La limite est fine entre les deux ! Ce qui les différencie est l'intention de départ.

- S'agiter est une fuite du ressenti, de la réalité, ça peut donner une sorte d'hyperactivité sans but autre que de relâcher la pression suscitée par un danger (imaginaire ou réel), et d'ailleurs souvent on se cogne dans tous les sens (je suis passée de pro à semi-pro, donc ça se soigne ;-) ) . En fait, ça renvoie au reptilien (stress de fuite, lutte, inhibition de l'action) et donc à la survie. On croit qu'on est "speed" parce que c'est notre nature alors qu'on est shooté à l'adrénaline pour ne pas ressentir et qu'on n'arrive pas à redescendre parce qu'on ne (re)connaît plus le calme intérieur.

- Accompagner les émotions par le mouvement est un processus plus long (par rapport au stress qui se déclenche quasi automatiquement) et passe l'écoute de ce qui se passe en soi (donc de s'arrêter physiquement quelques instants pour se mettre en réception et accueillir les mouvements émotionnels et l'inconfort que ça peut générer) et ensuite seulement on bouge en fonction de cette émotion une fois identifiée. Vous avez déjà remarqué comme le rythme de la marche change selon si on est en colère, triste, joyeux ? Je parle de marche car je trouve que c'est le plus simple mais vous pouvez danser, chanter, mimer, faire le sport adéquat, dessiner, modeler... toute action peut être reliée à ce que vous vivez intérieurement et permettre d'exprimer votre ressenti, pourquoi s'en priver ?

Je rappelle que le stress (reptilien) et les émotions (limbique/néo-limbique) ne sont pas des ennemis à abattre, il faut juste les remettre à la bonne place et leur redonner leur bonne fonction. Pour moi, une émotion négative est une émotion refoulée et une émotion positive est une émotion vécue et utilisée, c'est tout !


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout