Rechercher

L'art d'être en vie

Aimer les extrêmes par peur de disparaître dans la masse de la norme revient à confondre demi-teinte et teinte. La teinte étant déjà une nuance, penser qu'on fait les choses en demi-teinte si on ne fait pas de choses exceptionnelles devient une véritable souffrance, car ressenti comme une négation de Soi. Comme si on était fragmenté. Remettre la notion de teinte à sa juste place permet de choisir un endroit entre les extrêmes, où on se sent bien et sans avoir besoin de faire les montagnes russes pour se sentir vivant. Ainsi le mouvement de la vie peut à nouveau circuler en Soi, en respectant son cycle personnel de flux et de reflux, de confort et d'inconfort, de créativité et de banalité sans avoir besoin de figer les moments créatifs, aussi toxique que l'immobilisme, par peur qu'ils ne reviennent jamais.


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout